corruption


corruption

corruption [ kɔrypsjɔ̃ ] n. f.
• v. 1130; lat. corruptio, de corrumpere corrompre
1(1170) Vieilli Altération de la substance par décomposition. décomposition, pourriture, putréfaction.
2Littér. Altération du jugement, du goût, du langage. corrompre (I, 2o).
3Le fait de corrompre moralement; état de ce qui est corrompu. avilissement, dépravation, gangrène, perversion, souillure, vice. Corruption des mœurs. dérèglement, dissolution. « Les hommes sont tous pareils, enragés de vice et de corruption » (A. Daudet).
4Emploi de moyens condamnables ( bakchich, dessous-de-table, pot-de-vin) pour faire agir qqn contre son devoir, sa conscience; fait de se laisser corrompre. Tentative de corruption. La corruption électorale est un délit. Condamné pour corruption de fonctionnaires. prévarication. Être convaincu de corruption. Corruption active, passive.
⊗ CONTR. Assainissement, purification. Amélioration, correction, édification, moralisation, perfectionnement, pureté.

corruption nom féminin (latin corruptio, -onis) Action de corrompre, état de ce qui est altéré, gâté ; décomposition : Un cadavre atteint par la corruption. Littéraire. Altération du goût, du jugement, du langage : La corruption de la langue. Action de pervertir ; état de perversion : La corruption des mœurs.corruption (citations) nom féminin (latin corruptio, -onis) Edward Gibbon Putney, Londres, 1737-Londres 1794 La corruption, le plus infaillible symptôme de liberté constitutionnelle. Corruption, the most infallible symptom of constitutional liberty. Decline and Fall of the Roman Empire Giacomo Leopardi Recanati, Marches, 1798-Naples 1837 La corruption des mœurs est mortelle pour les républiques et utile aux tyrannies et aux monarchies absolues : cela seul suffit à juger de la nature et de la différence de ces deux sortes de gouvernement. La corruttela dei costumi è mortale alle repubbliche e utile alle tirannie e monarchie assolute : questo solo basta a giudicare della natura e differenza di queste due sorti di governo. Zibaldone, I, 377corruption (expressions) nom féminin (latin corruptio, -onis) Corruption active, délit commis par un particulier qui propose, directement ou indirectement, offres, dons, présents ou avantages pour obtenir d'une autorité publique, d'une personne investie d'une mission de service public ou d'un élu, l'accomplissement ou non d'un acte relevant de ses fonctions ou facilité par elles. (La corruption active d'un magistrat est un crime si le bénéficiaire ou la victime fait l'objet de poursuites criminelles.) Corruption passive, délit commis par une autorité publique, une personne investie d'une mission de service public ou un élu qui sollicite ou agrée sans droit, directement ou indirectement, offres, promesses, dons, présents ou avantages pour accomplir ou s'abstenir d'accomplir un acte relevant de ses fonctions ou facilité par elles. (La corruption passive d'un magistrat est un crime si le bénéficiaire ou la victime fait l'objet de poursuites criminelles.) Corruption d'employé, délit réprimé par le code du travail, qui punit le fait, pour un directeur ou un salarié, de solliciter ou d'agréer, directement ou indirectement, des offres, promesses, dons, etc., pour accomplir ou s'abstenir d'accomplir un acte relevant de ses fonctions ou facilité par elles. Corruption de mineur (autrefois excitation de mineur à la débauche), délit consistant à éveiller les pulsions sexuelles d'un mineur, par exemple en le rendant témoin d'actes sexuels, en lui procurant des objets ou des documents pornographiques. (Les mêmes peines sanctionnent le majeur qui organise des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles un mineur assiste ou participe.) ● corruption (synonymes) nom féminin (latin corruptio, -onis) Action de corrompre, état de ce qui est altéré, gâté ;...
Synonymes :
- altération
- décomposition
- putréfaction
Littéraire. Altération du goÛt, du jugement, du langage
Synonymes :
- abâtardissement
- adultération
- dégradation
Contraires :
Action de pervertir ; état de perversion
Synonymes :
- débauche
- déchéance
- dépravation
- dérèglement
Contraires :

corruption
n. f.
d1./d Litt. Altération, déformation. Corruption du goût. Corruption d'un texte.
d2./d Fig. Dépravation (des moeurs, de l'esprit, etc.). La corruption de la société.
d3./d Moyens employés pour détourner qqn de son devoir. Corruption de fonctionnaire.

⇒CORRUPTION, subst. fém.
I.— [L'obj. de l'action est un corps, une substance matérielle] (cf. corrompre I)
A.— Action de changer l'état naturel d'une chose en la rendant mauvaise, généralement par décomposition; fait de se corrompre. La corruption de la chair, de l'air; arriver à un certain degré de corruption. Synon. altération, décomposition. Préserver l'eau douce de la corruption (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 8). Elle garde un cadavre intact, défiant, vierge, la corruption (COCTEAU, Potomak, 1919, p. 340).
B.— P. méton.
1. Au sing. État de ce qui est corrompu. Odeur de corruption. Synon. infection, pestilence, pourriture :
1. Les termitières, hautes et blanchâtres... élevaient dans la pénombre leurs pics de planètes abandonnées comme si elles eussent trouvé naissance dans la corruption de l'air.
MALRAUX, La Voie royale, 1939, p. 99.
2. Rare, sing. ou plur. Chose infectée, pourrie ou produite par la corruption (cf. moisissure, pourriture). Je prenais la plante verte qui croît sur les sales ruisseaux pour une corruption (STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 185).
Rem. Dans le vocab. philos. corruption (correspondant au concept grec de , opposé à celui de génération, production) désigne l'événement par lequel une chose cesse d'être telle qu'on puisse encore la désigner par le même nom (d'apr. GOBLOT 1920, LAL. 1968). LAL. propose destruction comme étant une traduction plus exacte. Le propre de l'histoire, c'est ce changement même, cette génération et corruption (PÉGUY, Notre Jeun., 1910, p. 79).
II.— Au fig.
A.— Altération (procès ou état), changement en mal (sous l'effet de causes externes ou internes), cf. corrompre II A.
1. [L'obj. de l'action est une œuvre, une structure, une valeur sociale] La corruption de la civilisation, du monde, d'un peuple, de la peinture; un élément de corruption; répandre la corruption. Synon. décadence, déchéance. Le scepticisme et la corruption raffinée des temps modernes (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 95). Tout est-il donc piège, condition d'infortune ou signe de corruption dans ce qui vient de l'intelligence de l'homme? (DELACROIX, Journal, 1850, p. 361) :
2. ... l'on pourrait avancer sans blasphème que la langue de Massillon [...] n'est, par rapport à celle de Rabelais, qu'une langue plutôt de corruption, de mollesse déjà commençante et de décadence.
SAINTE-BEUVE, Chateaubr., t. 1, 1860, p. 29.
2. [L'obj. de l'action est une réalité psychique : jugement, goût, raisonnement, sensation, sentiment] Modification fâcheuse par altération des qualités propres; déformation. La corruption des plaisirs, des principes, de la raison, du style; la corruption du goût littéraire. Une certaine bassesse de cœur qui explique, sans les justifier, hélas! les corruptions de l'intelligence (BERNANOS, Gde peur, 1931, p. 233) :
3. Quelque temps, l'abbé Quandieu avait résisté, refusant de mettre dans son église paroissiale un tronc pour Saint-Antoine de Padoue, ne voulant pas se prêter à ce qu'il considérait comme une idôlatrie, une corruption de l'esprit religieux.
ZOLA, Vérité, 1902, p. 182.
3. [L'obj. de l'action est une réalité, une valeur du domaine de l'expr.]
a) Corruption d'une langue. Dégradation, altération de sa « pureté » par des usages considérés comme fautifs, par des emprunts, etc.
Rem. Attesté par Ac. 1835, 1878, BESCH. 1845, GUÉRIN 1892, Lar. 19e, Lar. encyclop.
b) Corruption d'un mot, d'un nom. Transformation phonétique. Le nom de La-Ville-aux-Fayes [...] s'explique [...] par la corruption de ce nom (en basse latinité, Villa in Fago, le manoir dans les bois) (BALZAC, Paysans, 1844-50, p. 326).
c) Corruption d'un texte. Altération, volontaire ou non, de la forme ou du sens d'un texte (par faute de copie, interpolation, omission ou addition); mauvais établissement d'un texte. La seconde difficulté d'une bonne interprétation (des textes sacrés) est la corruption des textes, et la multiplicité des ouvrages apocryphes (COUSIN, Fragm. philos., 1840, p. 291).
B.— Dégradation de ce qui est sain, honnête et constitue une valeur morale (cf. corrompre II B).
1. [L'obj. de l'action est une pers. ou un groupe évoqué par un compl. prép. de ou un adj.]
a) Action de pousser (quelqu'un) à agir contre son devoir, sa conscience, par des dons, des promesses, la persuasion. Corruption active; corruption de témoins; tentative de corruption :
4. Les Grands d'Espagne ont tous reçu de l'argent de lui [le duc de Montpensier], mais pas assez. En matière de corruption, il ne faut pas avoir de repentir.
MÉRIMÉE, Lettres à M. Panizzi, 1870, p. 410.
b) Faute de celui qui se laisse détourner de son devoir par des dons, des promesses ou la persuasion. La corruption parlementaire; la corruption de la presse; un député convaincu de corruption; suspecter quelqu'un de corruption. Montrer la corruption des classes dirigeantes (GREEN, Journal, 1944, p. 181).
Spéc., DR.
Corruption électorale. Délit consistant à fausser par des dons et des promesses, l'exercice du droit de suffrage.
Rem. Attesté ds les dict. dep. Lar. 19e.
Corruption d'employés. ,,Délit du commis, employé ou préposé, salarié ou rémunéré sous une forme quelconque, d'un commerçant ou d'un industriel, qui a, soit directement, soit par une personne interposée, à l'insu et sans le consentement de son patron, soit sollicité ou agréé des offres ou promesses, soit sollicité ou reçu des dons, présents, commissions, escomptes ou primes, pour faire un acte de son emploi ou s'abstenir de faire un acte que son devoir lui commandait de faire`` (CAP. 1936).
Corruption de fonctionnaires. ,,Acte qualifié crime, consistant à solliciter du titulaire d'un mandat électif, d'un fonctionnaire public de l'ordre administratif ou judiciaire, militaire ou civil, agent ou préposé d'une administration publique en faisant appel à son intérêt personnel, de faire ou de s'abstenir de faire un acte de ses fonctions ou de son emploi, acte juste ou non, mais non sujet à salaire`` (BARR. 1974).
Corruption de mineurs. Délit d'attentat aux mœurs commis en excitant, en favorisant ou en facilitant habituellement la débauche ou la corruption de la jeunesse de l'un ou de l'autre sexe, au-dessous de l'âge de la majorité.
Rem. 1. Ce dernier syntagme est attesté ds Lar. 19e-20e, Lar. encyclop. 2. Ces expr. sont utilisées aussi bien pour désigner l'action de corrompre (corruption active) que le fait de se laisser corrompre (corruption passive).
2. Altération ou bassesse (morale). Une extrême corruption, la corruption féminine, générale; corruption de la conscience, du cœur. Synon. avilissement. La probité est nécessaire à la liberté comme la corruption à la tyrannie (A. FRANCE, Clio, 1900, p. 132) :
5. Obstinez-vous à conserver au milieu de vous, comme s'il était vivant, le passé qui est mort, vous produisez je ne sais quel choléra moral; la corruption se répand, elle est dans l'air, on la respire...
HUGO, Napoléon le Petit, 1852, p. 125.
Spéc., Dans le domaine des mœurs. Corruption des mœurs; vivre dans la corruption. Synon. débauche, immoralité, impureté, perversité, souillure, vice :
6. Elle avait des paroles tendres avec des baisers qui lui emportaient l'âme. Où donc avait-elle appris cette corruption presque immatérielle à force d'être profonde et dissimulée?
FLAUBERT, Madame Bovary, t. 2, 1857, p. 307.
De corruption. Un lieu de corruption. Qui vivait dans une atmosphère de corruption (CHATEAUBR., Mémoires, t. 2, 1848, p. 620).
Vieilli, au plur. Mœurs corrompues, dissolues. Les corruptions du Directoire. Une figure fatiguée par les corruptions parisiennes (BALZAC, Splend. et mis., 1844, p. 77).
P. méton. Monde où règne la corruption. L'étudiant riche, venu de province pour s'initier à la haute vie et qui entre en corruption, comme on entrait autrefois en religion (BOURGET, Pastels, 1889, p. 8).
Rem. La docum. atteste le verbe trans. corruptionner, néol. non attesté par les dict., synon. de corrompre. Quand on songe qu'il ne faut qu'un mauvais livre pour corruptionner tout un peuple (MERCIER, Néologie, t. 1, 1801, p. 130).
Prononc. et Orth. :[(R)R]. Ds Ac. depuis 1694. Cf. corrupteur. Étymol. et Hist. 1. a) 1121-35 « altération de ce qui est sain, honnête dans l'âme » (PH. DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 2905 : Corruptiun, pechiez); b) 1373 « action de détourner quelqu'un de son devoir par de l'argent, des dons; fait de se laisser ainsi corrompre » (Ordonnance sur l'Amirauté d'apr. FEW, t. 2, p. 1234b); 2. ca 1170 « action de corrompre une substance; résultat de cette action » (Vie de St Edmond, éd. H. Kjellmann, 3078); en partic. 1172-74 « altération d'un récit, d'un fait » (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 2562). Empr. au lat. class. corruptio, mêmes sens. Fréq. abs. littér. :951. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 601, b) 1 190; XXe s. : a) 862, b) 667.

corruption [kɔʀypsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1130; lat. class. corruptio, du supin de corrumpere. → Corrompre.
1 (V. 1170). Didact. et vx. Altération par décomposition. Décomposition, pourriture, putréfaction. || Corruption de l'eau, de l'air. Empoisonnement, infection, pestilence. || Corruption des chairs par la gangrène.
1 (…) je vous abandonne (…) à la corruption de votre sang, à l'âcreté de votre bile (…)
Molière, le Malade imaginaire, III, 5.
1.1 (…) ils étaient tailladés en morceaux, écrasés jusqu'à la moelle, bleuis sous des strangulations, ou largement fendus par l'ivoire des éléphants. Bien qu'ils fussent morts presque en même temps, des différences existaient dans leur corruption.
Flaubert, Salammbô, Pl., t. I, p. 934.
2 (Abstrait). Vieilli ou littér. Altération (du jugement, du goût, du langage, etc.). Abâtardissement, altération, déformation; corrompre (I., 2.). || La corruption de la peinture, du style. Décadence. || La corruption d'une langue par des influences étrangères. || Corruption d'un mot, modification phonétique qui l'altère. || Mot employé pour un autre par corruption.
REM. Tous ces emplois supposent un système de valeurs où la stabilité est plus appréciée que le changement, notamment que les évolutions spontanées; l'usage moderne préfère des termes plus neutres (changement, modification…) ou moins péjoratifs (altération…).
2 La corruption de la raison paraît par tant de différentes et extravagantes mœurs (…)
Pascal, Pensées, VII, 440.
3 C'est (Rabelais) un monstrueux assemblage d'une morale fine et ingénieuse, et d'une sale corruption.
La Bruyère, les Caractères, I, 43 (→ Chimère, cit. 2).
4 La délicatesse d'esprit est une corruption, longue, longue à acquérir et que ne possèdent jamais les peuples jeunes.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, p. 185.
3 Le fait de corrompre moralement; état de ce qui est corrompu. Avilissement, démoralisation, dépravation, perversion, souillure, tare, vice. || Corruption de la conscience, du cœur. || Une profonde, une intégrale corruption. Pourriture. || La corruption de la nature humaine. || Corruption des mœurs (cit. 3). Décadence, déliquescence, dérèglement, dissolution. || Vivre dans la corruption. Bassesse, boue (fig.), débauche, impureté, perversité, vice. || Lieu de corruption. Égout, pandémonium, sentine.
5 (…) les hommes sont tout ensemble indignes de Dieu, et capables de Dieu : indignes par leur corruption, capables par leur première nature.
Pascal, Pensées, VIII, 557.
6 La corruption des mœurs, qui peut se maintenir jusqu'à un certain point malgré l'instruction, était infiniment favorisée et accrue par l'ignorance.
Fontenelle, le Czar Pierre.
Vieilli (au plur.). || Mœurs corrompues. || « Une figure fatiguée par les corruptions parisiennes » (Balzac, Splendeur et misère des courtisanes, 1844, p. 77, in T. L. F.).
7 Il y a deux genres de corruptions : l'un, lorsque le peuple n'observe point les lois; l'autre, lorsqu'il est corrompu par les lois.
Montesquieu, l'Esprit des lois, VI, 12.
8 L'image de la félicité ne flatte plus les hommes : la corruption du vice n'a pas moins dépravé leur goût que leurs cœurs.
Rousseau, Émile, V.
9 Le germe de corruption qui était en moi s'est développé bien vite, et la gangrène a dévoré impitoyablement tout ce que j'avais de pur et de saint.
Th. Gautier, Mlle de Maupin, III, p. 39.
10 Les hommes sont tous pareils, enragés de vice et de corruption (…)
Alphonse Daudet, Sapho, IV, p. 22.
4 a (1373). Action de corrompre (corruption active); fait de se laisser corrompre (corruption passive). || Fonctionnaire convaincu de corruption et de malversation. || Corruption parlementaire. || Corruption d'employé; corruption de fonctionnaire (délits spécifiques).Corruption de mineurs (relevant de l'attentat aux mœurs).
b Moyens employés pour faire agir quelqu'un contre son devoir, contre sa conscience. || Employer la corruption pour détourner quelqu'un de son devoir. || Tentative de corruption. || Corruption de témoins.La corruption électorale est un délit (loi du 31 mars 1941). || Corruption de fonctionnaires (crime puni par l'art. 117 du Code pénal). || Corruption d'employés (délit puni par la loi du 16 février 1919 et l'art. 177 du Code pénal).
11 La corruption avait gagné toutes les parties de l'administration publique.
Diderot, Opinions des anciens philosophes (Philosophie socratique).
12 Il prétend que nous nous exagérons de beaucoup la corruption parlementaire.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XIV, p. 140.
CONTR. Assainissement, bonification, purification. — Amélioration, amendement, correction, édification, moralisation, perfectionnement, progrès, pureté, réformation, réforme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • corruption — CORRUPTION. sub. f. Altération dans les qualités principales, dans la substance d une chose. La corruption de la viande. La corruption de l air. Cela tend à corruption. La corruption du sang, des humeurs. Il y a des terres où les corps se… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • corruption — Corruption. s. f. v. Alteration dans les qualitez principales, dans la substance d une chose qui se gaste. La corruption de la viande. la corruption de l air. cela tend à corruption. la corruption du sang, des humeurs. Il se dit aussi dans le… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Corruption — Cor*rup tion (k?r r?p sh?n), n. [F. corruption, L. corruptio.] 1. The act of corrupting or making putrid, or state of being corrupt or putrid; decomposition or disorganization, in the process of putrefaction; putrefaction; deterioration. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • corruption — cor‧rup‧tion [kəˈrʌpʆn] noun [uncountable] 1. LAW the crime of giving or receiving money, gifts, a better job etc in exchange for doing something dishonest or illegal: • He denies twelve counts of corruption. • The Chamber of Deputies voted to… …   Financial and business terms

  • corruption — Corruption, Corruptio, Violatio. Corruption totale d aucun membre, Sideratio. La corruption et ruïne de toute innocence, Labes innocentiae, et ruina. Par corruption, Corrupte. Par corruption de dons, Per sordes. Sans corruption, Inuiolate. Juger… …   Thresor de la langue françoyse

  • corruption — I noun abuse of public trust, act of bribing, act of profiteering, baseness, breach of faith, breach of trust, bribery, complicity, conduct involving graft, corrupt inducement, corruptela, corruptibility, corruptio, crime, criminality, debasement …   Law dictionary

  • corruption — [n1] dishonesty breach of trust, bribery, bribing, crime, crookedness, demoralization, exploitation, extortion, fiddling, fraud, fraudulency, graft, jobbery, malfeasance, misrepresentation, nepotism, on the take*, payoff, payola*, profiteering,… …   New thesaurus

  • corruption — [kə rup′shən] n. [ME corrupcion < OFr corruption < L corruptio < corruptus,CORRUPT] 1. the act or fact of making, becoming, or being corrupt 2. evil or wicked behavior; depravity 3. bribery or similar dishonest dealings 4. decay;… …   English World dictionary

  • corruption — mid 14c., of material things, especially dead bodies, also of the soul, morals, etc., from L. corruptionem (nom. corruptio), noun of action from pp. stem of corrumpere (see CORRUPT (Cf. corrupt)). Of public offices from early 15c.; of language… …   Etymology dictionary

  • Corruption — Pour les articles homonymes, voir Corruption (homonymie). Carte du monde evaluant l indice de perception de la corruption selon tra …   Wikipédia en Français